L’Anse de Paulilles (Pyrénées Orientales)

Confortablement installé(e), je ferme les yeux, respire, me détends et me projette dans cet ailleurs reposant.

Ambiance

C’est une après-midi joyeuse qui souffle dans la grisaille, comme un enfant sur son gâteau d’anniversaire, libère une belle trouée de ciel bleue…Au creux de l’anse de Paulilles*, à l’abri des rochers fleuris, un voilier blanc, venu se réfugier, a replié sa grande voile…Lovée sur le sable fin, mon âme engourdie se réchauffe au soleil.

Tissage du lien vital (nature-souffle-corps-poésie)

L’air salé titille mes narines, un souffle puissant élargit ma poitrine (grande inspiration…grande expiration bouche ouverte, trois fois)…desserre la tenaille du stress…Un sentiment de sécurité m’enveloppe, transmute les soucis en broutilles…

Dans le sable chaud, ma tête s’enfonce, se lâche.

En contrebas des vignes pierreuses du Banyuls, blotties les unes contre les autres, les cabanes blanches et bleues des ouvriers et des pêcheurs, célèbrent la fraternité… La solitude et ses blessures s’effritent. Mon cœur se réjouit (grand soupir bouche fermée).

Dans le sable chaud, mon dos s’enfonce, se lâche.

Les mouettes, soulevées par le vent, étirent leur envergure, planent sur les courants. Les courbatures s’effilent. Paumes tournées vers le ciel, mes bras s’ouvrent en grand (grande respiration libre).

Dans le sable chaud, tout mon corps s’enfonce, se lâche.

Champ Libre

« Qu’il est doux de ne rien faire quand tout s’excite autour de nous !» Michel Carré

La phrase du poète se fait chair dans tout mon être…Je me sens bien…Je fais ce que je veux

Réalité augmentée-Fixation vitale

Au creux de l’Anse de Paulilles, je suis venu(e) me réfugier…Allongé(e) sur le sable fin, mon âme se réchauffe au soleil…Couleurs, odeurs, chaleur, sensations de bien-être s’amplifient…à l’inspiration, elles s’arriment et se propagent à l’expiration dans chaque parcelle de mon corps (inspirer et expirer lentement, pointe de la langue en haut du palais, trois fois).

Retour

Le bateau blanc hisse sa voile, reprend le large…Je donne l’impulsion du retour, de bas en haut : je bouge mes orteils, mes jambes, j’inspire…m’étire…baille…Graduellement, je ramène ce sentiment de sécurité pour tracer mon sillage dans ma réalité, je reviens en pleine forme et ouvre doucement les yeux au monde extérieur. Bon retour !

* Je peux transposer la Naturale  sur l’anse que je préfère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *