La passerelle Simone de Beauvoir

Confortablement installé(e), je ferme les yeux, respire, me détends et me projette dans cet ailleurs reposant.

Ambiance

Entre Bercy qui calcule et la Bibliothèque Mitterrand qui analyse, je déambule sur la passerelle Simone de Beauvoir. Les budgets palabrent, thèses et antithèses se cabrent, les taxes s’accumulent et les livres s’empilent …et moi je bulle…et moi je baille…alangui(e) sous l’arche de bois, en suspension, dans l’air du soir.

Tissage du lien vital (nature-souffle-corps-poésie)

La Seine sereine passe…

Depuis sa source douce, des myriades d’ions purs virevoltent, chantent le plateau de Langres…Son souffle nature me pénètre, soulève en moi une belle inspiration (inspirer à fond)…une belle expiration (expirer à fond, bouche ouverte)…Enfin respirer…La mécanique oubliée du bonheur s’est réinitialisée (de belles respirations conscientes se succèdent)…

La Seine sereine passe…

Elle coule dans mes neurones…clôture les fichiers…liquide mes préoccupations pâlichonnes (belle expiration), vivifie mon mental asphyxié (belle respiration)….

La Seine sereine passe…

Fluidifie le temps en minutes traînantes (belle respiration)…dilue mes tensions en sensations délicates (belle respiration)…Mon corps boit l’esprit de l’eau, se réhydrate (belle respiration)…

Champ Libre

La  Seine s‘avance sur la Capitale…coule sous le métro, qui respire un instant et replonge en apnée…Et moi je bulle…et moi je baille…alangui(e) sous l’arche de bois, en suspension, dans l’air fluvial…Ma tète se cale…bouche bée…Je me sens bien…Je paresse autant que je le veux.

Réalité augmentée-Fixation vitale

La Seine sereine passe…délasse Paris…délasse mon âme…J’arrime au fond de moi ce moment spacieux en l’inspirant (grande inspiration) et l’expirant dans toutes mes cellules, lèvres closes, langue pointée vers le haut du palais, autant de fois que cela m’agrée.

Retour

Apaisé(e), je gagne la berge…Je donne l’impulsion du retour, de bas en haut : je bouge mes orteils, mes jambes, j’inspire…m’étire…baille…En pleine forme, je ramène ma bulle de sérénité dans ma réalité, ouvre les yeux au monde extérieur. Bon retour !

« Lorsque je flâne, je ne perds pas de temps, je gagne de la vie. »

Marie-Hélène Garric

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *